Publicité

Police et Justice

Infirmière expulsée pendant l’épidémie de Covid-19 : les propriétaires relaxés par la justice

D'après une infirmière de l'Hérault, le couple de propriétaires l'a chassée du logement qu'elle louait en raison de sa profession. La justice donne finalement raison aux propriétaires.

Une infirmière exerçant son métier durant la pandémie de Coronavirus.
L'infirmière qui travaille dans l'Hérault assure avoir été chassée de son logement à cause de sa profession. Source : Piqsels.
542 Partages

Publicité

L’affaire avait fait grand bruit. En pleine pandémie de Coronavirus, une infirmière résidant dans l’Hérault était chassée de son logement par les propriétaires.

L’infirmière se disait alors harcelée en raison de son métier. Elle expliquait avoir été contrainte de quitter son logement, n’en pouvant plus du harcèlement de ses propriétaires.

Ce lundi 29 juin, le tribunal a finalement relaxé les propriétaires, un couple de personnes âgées. Une décision saluée par leur avocat.

Infirmière expulsée en plein confinement : le tribunal donne raison aux propriétaires

Alors que le personnel soignant était en première ligne dans la lutte contre le Coronavirus, l’affaire avait provoqué un fort émoi. L’infirmière, en poste dans l’Hérault, assurait avoir été contrainte de quitter son logement à cause de sa profession.

L’infirmière de l’Hérault avait porté plainte. De un à trois mois de prison avaient été requis à l’encontre du couple de propriétaires. Finalement, la justice a relaxé ces derniers ce 29 juin 2020.

Le tribunal a relaxé les propriétaires dans l'affaire de l'infirmière expulsée durant l'épidémie de Covid.
Le couple de propriétaires qui a expulsé l’infirmière a été relaxé ce 29 juin 2020. Source : Piqsels.

La femme de 76 ans n’a pas été reconnue coupable, quant à son compagnon, âgé de 80 ans, il a simplement été condamné à 50 euros d’amende avec sursis. Une amende infligée pour « dégradation légère d’un bien ».

Le couple de propriétaires, qui a reconnu un conflit avec l’infirmière, a nié toute relation avec le métier de cette dernière. La mésentente venait, selon eux, du nombre de personnes occupant alors le logement loué.

Infirmière chassée de chez elle durant la pandémie : le nombre d’occupants du logement en cause

D’après le procureur André Dutil, la situation s’est envenimée lorsque l’infirmière anesthésiste du CHU de Montpellier a fait venir des proches dans son logement.

Cette dernière a en effet installé dans son appartement sa fille, sa mère et son compagnon. Le but de la manoeuvre : s’installer dans la studio de sa fille pour se rapprocher de son travail durant l’épidémie de Coronavirus.

Une infirmière durant la pandémie de Coronavirus.
L’infirmière avait souhaité faire venir dans son logement sa mère, sa fille et son compagnon, ainsi qu’un chien. Source : Piqsels.

Une situation que les propriétaires n’ont pas acceptée. Dans le logement, situé à Montarnaud, au nord de Montpellier, un chien était également présent. Le couple de propriétaires avaient alors exigé le déménagement définitif de l’infirmière.

« Il m’a fallu aller déménager en plein confinement, en pleine nuit », assure l’infirmière du CHU de Montpellier. Une situation difficile, alors même qu’elle avait « accumulé la fatigue » en raison de sa profession.

Le tribunal n’en a pas tenu compte, puisque le couple de propriétaires a été relaxé.

Likez notre nouvelle page pour ne rien rater de Topibuzz

Signaler une erreur

Publicité

En vidéo : Les éléphants d’un zoo thaïlandais contraints de nager pour sauver leur vie et amuser les visiteurs du zoo


Ailleurs sur le web