Belgique : Maëlle, 17 ans, décède suite à un choc toxique provoqué par un tampon

L’adolescente est décédée d’un choc septique, causé par son tampon. Sa famille tient à informer les adolescentes et les femmes sur ce genre de risque. Il n’aura fallu que 48 h pour que la jeune femme perde la vie.

Les médecins n'ont pas tout de suite diagnostiqué un choc septique. Pour eux, il s'agissait d'une gastro-entérite (Crédit: Facebook)
242 Partages

Maëlle est morte, parce qu’elle est une femme. On ne parle pas de féminicide, mais d’une mort malheureuse à cause d’un tampon. Ou plutôt d’un choc toxique causé par celui-ci. Aujourd’hui, sa famille tient à parler de ce problème, qui touche de nombreuses femmes à travers le monde.

Restez vigilante

Sur Facebook, sa maman, Laurence, a publié un texte qui raconte le drame vécu par sa famille. « Notre Maëlle 17 ans grande sportive, pleine de vie et de projets, vient de nous quitter en moins de 48 heures, suite à un choc septique dû à ces tampons, et après avoir été vue 5h après les premiers symptômes par un médecin de garde. C’est inacceptable. Maëlle connaissait le danger et était doublement vigilante. Ça ne l’a pas épargné….et non… ça n’arrive pas qu’aux autres. Alors svp chères filles, chères dames, réfléchissez à vos protections et surtout partagez un maximum, informez, pour que le décès de Maelle puisse en empêcher d’autres… »

Notre Maëlle 17 ans grande sportive, pleine de vie et de projets, vient de nous quitter en moins de 48 heures du a ce…

Publiée par Laurence Hennuy sur Vendredi 10 janvier 2020

On le sait que l’utilisation de tampons hygiéniques peut être dangereuse : il faut en changer régulièrement et, surtout, ne pas les oublier. Mais, comme l’explique sa maman, Maëlle était vigilante, il faut donc continuer d’alerter sur les risques. Car ce n’est pas le tampon en lui-même qui a tué l’adolescente, mais bien son insertion.

Informer sur les risques

C’est une bactérie, présente sur le tampon qui s’est rapidement attaqué au vagin de l’adolescente pour s’attaquer, ensuite, à ses organes vitaux. Il n’aura fallu que 48 h pour que Maëlle perde la vie. Mais alors, que faire pour se protéger ? « Nous voulons que tout le monde soit informé des risques liés à l’utilisation des tampons hygiéniques : même le personnel soignant, les médecins, les ambulanciers », explique sa maman. Car pour elle, si sa fille est décédée, c’est en partie, car les médecins ont été incapables de déceler le choc toxique. Pour eux, il s’agissait d’une gastro-entérite, qui peut provoquer les mêmes symptômes.

« Les symptômes du choc ressemblent fortement à ceux de la gastro-entérite… Le personnel doit poser la question à toute femme présentant ces symptômes ! Maëlle, nous le répétons, était au courant, elle était doublement attentive… », explique Laurence au site Sudinfo.be.

Un dernier adieu

Les funérailles de Maëlle auront lieu ce mercredi 15 janvier, à 14h, à Somzée, en Belgique. La famille espère que son malheur permettra aux femmes de prendre conscience des risques. « Plutôt que des fleurs, vous pouvez faire un don sur la page de Kassiopée, petite fille de l’entourage de Maelle, partie aussi trop tôt pour une autre raison, vous contribuerez la recherche pour sauver la vie d’autres enfants », concluent les proches de Maëlle. 

Likez notre nouvelle page pour ne rien rater de Topibuzz


En savoir plus sur :

.

242 Partages

Send this to a friend