Les médecins lui ont prescrit des anti-douleurs alors qu’elle était atteinte d’une grave tumeur: «J’aurais pu mourir»

Elle a terriblement mal à la tête, les médecins lui donnent des anti-douleurs, en réalité, elle a une grave tumeur

Les médecins pensaient que Kirsty souffrait d’une infection virale bénigne. Ils lui ont alors prescrit des anti-douleurs pour soulager ses maux de tête. Cependant, son état empirait. Finalement, elle a décidé de se rendre aux urgences. Le tomodensitogramme a indiqué la présence d’une masse dans son cerveau. Les analyses ont confirmé l’existence d’une grosse tumeur. Les neurochirurgiens ont dû la retirer en urgence.

« J’aurais pu mourir »

Âgée de 27 ans,  Kirsty, mère de deux enfants, souffrait en permanence de céphalées. Elle a consulté plusieurs médecins, mais le diagnostic était toujours le même : une infection virale sans gravité. Depuis, elle prenait régulièrement des analgésiques, mais sa situation n’a pas évolué. Un autre médecin a identifié une méningite et lui a prescrit du naproxène. Un jour après le traitement, la jeune femme n’était pas toujours dans son assiette.

Inquiète, elle s’est rendue aux urgences du Royal Hampshire Couty à Winchester, au Royaume-Uni. Un tomodensitogramme révéla une masse anormale dans son cerveau. Des examens plus poussés ont permis de réaliser un bon diagnostic : une grosse tumeur à la glande pinéale. Après cette terrible découverte, la jeune femme a subi une opération en urgence pour enlever ces cellules. « J’aurais pu mourir », a déclaré la Britannique.

Elle doit maintenant vivre avec les effets secondaires

L’intervention est réussie, seule une infime partie de la tumeur est encore présente. Les chirurgiens l’avaient laissé, car elle est trop proche du tronc cérébral. Les maux de tête appartiennent maintenant au passé. Toutefois, les effets secondaires sont terribles : « J’ai perdu toute sensation dans mes jambes et mon visage s’est affaissé. Les médecins craignaient l’accident vasculaire cérébral ».

Kristy fait l’objet d’une surveillance permanente. Elle passera une IRM tous les trois ans afin de vérifier l’évolution de la tumeur résiduelle.

Des maux de tête persistants ne constituent jamais un bon signe. Il est préférable de réaliser des examens supplémentaires.

Likez notre nouvelle page pour ne rien rater de Topibuzz

A Voir aussi : Leur atterrissage en parachute manque de tourner au drame: ils finissent dans une mer… remplie de méduses


Vous aimez? Alors partagez avec vos amis

3 Partages