Elle risque une amende de 350 euros après avoir démembré et brûlé ses chiens

La SPA fera appel, car la peine et trop légère

Dans le XIIe arrondissement de Marseille, les policiers et les bénévoles de la Société protectrice des animaux (SPA) ont fait une découverte morbide au domicile d’une jeune femme de 23 ans en 2018. Les autorités ont difficilement retenu un haut-le-cœur en voyant des cadavres de chiens brûlés et démembrés, des chats vivant dans des conditions déplorables, un chien mal nourri et un hérisson en piteux état. Le foyer mérite son surnom : la maison de l’horreur.

« Ces réquisitions sont absolument nulles »

L’accusée a souligné la précarité de sa situation. Étant au chômage, elle n’avait plus les moyens pour s’occuper correctement de ces animaux. Ainsi, au lieu de payer une crémation, elle a brûlé ses chiens avant de les mettre dans le congélateur. Durant son réquisitoire, le procureur suggère une amende de 350 euros, sans peine d’emprisonnement.

Le jugement est attendu pour le 4 septembre prochain, mais la SPA prépare déjà ses arguments en vue d’un appel. Xavier Bonnar, le président de l’association à Marseille, fulmine :   « Ces réquisitions sont absolument nulles (…) On va essayer de faire renvoyer le procès en correctionnelle pour qu’elle puisse être condamnée à de la prison et pas à une simple amende ».

Et vous qu’en pensez-vous ?  N’oubliez pas de partager l’article pour connaître l’avis de vos amis.

Likez notre nouvelle page pour ne rien rater de Topibuzz

A Voir aussi : La « souris sauterelle » : la souris carnivore qui résiste au venin de scorpion et hurle à la lune


Vous aimez? Alors partagez avec vos amis

1 Partage