Castration chimique des pédophiles : Les 2 000 premières injections sont prêtes à l’emploi

La castration chimique des pédophiles peut commencer ! Les 2 000 premières injections sont prêtes à l’emploi1 min


4 Partages

Le Kazakhstan a voté une loi autorisant les castrations chimiques des pédophiles. Ce traitement inhibe les pulsions sexuelles afin de réduire les risques de récidive. Désormais, 2 000  injections sont prêtes à être utiliser. Les autorités ont pris cette mesure après une augmentation exponentielle des cas de viol d’enfants.

Le sénateur Byranym Aitimova a souligné le caractère temporaire de la castration en 2018. Le traitement est rapide, une seule injection suffit. L’objectif est simple, réduire la libido des délinquants sexuels afin de tuer toute envie de recommencer. La cyprotérone n’est pas une substance nouvelle. Les médecins utilisaient déjà cet anti-androgène stéroïdien utilisé pour lutter contre les cellules cancéreuses.

Le Kazakhstan n’est pas le seul pays à avoir adopté une telle loi. L’Australie, la Corée du Sud, la Russie et la Pologne l’ont déjà mis à exécution. Les condamnés auront des peines moins lourdes s’ils acceptent le traitement chimique.