La police exige à Google de supprimer ce photomontage d’Emmanuel Macron

Ce photomontage qui choque les autorités françaises est devenu viral malgré lui2 min


909 Partages

L’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) est une branche de la police française chargée de lutter contre la cybercriminalité. Récemment, cet organisme a repéré une photo assez compromettante de nos dirigeants actuels et a décidé de demander à Google à ce qu’elle soit censurée !

Malheureusement, il semblerait que la demande ait eu l’effet inverse, car de nombreux internautes continuent de partager la photo en question !

Un photomontage d’Emmanuel Macron et de ses proches collaborateurs :

La photo en question comparait Emmanuel Macron au célèbre dictateur chilien, le général Augusto Pinochet. Le cliché original pris par le néerlandais Chas Gerretsen en 1973 montrait effectivement cet ancien chef d’Etat de la Chili entouré de deux de ses plus proches partisans. Puis, sur la photo montée, notre président français prend la place du dictateur avec le Premier Ministre Edouard Philippe et le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner à ses côtés !

La comparaison n’a vraisemblablement pas plu aux autorités françaises qui ont exigé de la par de Google, par le biais de l’OCLCTIC, de retirer immédiatement le cliché des résultats de ses recherches…

Effet « Streisand »

Malheureusement, compte tenu du fait que les internautes préfèrent troller cette demande, l’OCLCTIC risque de faire face à un effet « Streisand ». En d’autres termes, cette volonté de faire disparaître un contenu risque d’entraîner sa multiplication bien au-delà de ce qu’on peut imaginer !

D’ailleurs, le photomontage en question est devenu viral sur les réseaux sociaux, car les utilisateurs l’ont partagé des centaines, voire des milliers de fois…

Notez que l’OCLCTIC  a pour vocation de lutter contre les contenus illicites, mais surtout pour la suppression de ceux qui sont signalés par les internautes sur la plateforme Pharos (entre autres). En effet, si les demandes de suppression sont justifiées, elles vont conduire à une censure des contenus en question. C’est par exemple le cas de tweets jugés racistes ou injurieux ou encore des clichés qui font atteinte à la dignité des personnes, etc.

Et vous ? Trouvez-vous ce cliché réellement choquant ?

Likez notre nouvelle page pour ne rien rater de Topibuzz