Russie: Un homme retrouvé dans la tanière d’un ours et sur le point d’être dévoré

Alexandre a échappé à une mort cruelle. Dans un état critique, ce Russe a été retrouvé dans la grotte d'un ours dans la région de Touva1 min


17 shares

On ne sait pas comment il a fait, mais Alexandre a survécu. Grièvement blessé, il fut retrouvé en piteux état par un groupe de chasseurs dans la grotte d’un ours. D’après son témoignage, l’animal l’a attaqué il y a un mois. Ensuite, il l’a trainé dans sa tanière afin de le manger plus tard.  Cet homme échappe à un mort horrible grâce aux chiens.

Les ours ont l’habitude d’enterrer leur nourriture

Ce drame s’est déroulé dans la région de Touva, en Russie. Alexandre a vécu un véritable enfer. L’ours ne lui a laissé aucune chance. La violence de l’attaque a brisé sa colonne vertébrale. Même si l’animal n’avait pas surveillé étroitement, la gravité de ses blessures a empêché sa fuite. Selon les experts, les ours bruns ont l’habitude d’enterrer leur nourriture pour les cacher des charognards.

Le calvaire d’Alexandre a duré un mois. Il a été obligé de boire sa propre urine pour s’hydrater.  L’odorat des chiens de chasse l’a sauvé. Ces derniers sont restés dans la grotte, attirant ainsi l’attention de leurs maîtres.

Il a bu sa propre urine

Alexandre était vraiment mal au  point et couvert de crasses.  Ses sauveteurs ont même cru qu’il était une momie. Mais après, ils se sont rendu compte qu’il était toujours vivant. Son état est vraiment critique et il souffre de blessures multiples. Il n’arrivait pas à bouger ses mains à cause de la fracture au niveau de sa colonne vertébrale.

Par ailleurs, il éprouve des difficultés à ouvrir ses yeux et parler est presque impossible pour lui. Pour couronner le tout, une grande partie de son corps était en décomposition. Interrogés par les médias, les médecins n’arrivaient pas à expliquer comment la victime a pu survivre aussi longtemps.

Bref, Alexandre est un miraculé. Son histoire souligne qu’il faut toujours se battre et ne jamais abandonner. Vous pouvez partager ce récit à vos proches.


17 shares