Divorcé, il ne veut plus de femmes et vit avec 12 poupées taille réelle maquillées avec l’aide de sa fille

Il fête leurs anniversaires, les emmène se promener, les présente à ses voisins, et les met en scène à la maison comme si elles faisaient réellement quelque chose d’humain3 min


769 shares

Depuis quelque temps, il devient de plus en plus courant de croiser des couples inhabituels dans la rue. Dans le cas de Dean Bevan, un homme divorcé de 58 ans, il a trouvé le bonheur auprès de… 12 poupées !

Ces jouets à taille humaine et à l’apparence réaliste l’aideraient d’ailleurs à vaincre sa solitude.

Des poupées comme compagnes

Après son divorce, Dean Bevan ne voulait vraiment plus avoir affaire à une vraie femme. Cependant, comme il a pris sa retraite, la solitude commençait à se faire ressentir… Du moins, jusqu’au jour où il a eu sa première poupée prénommée Sarah. Depuis, il a acheté 11 poupées du même genre qui le comblerait de bonheur.

« Cela me donne l’illusion que je ne suis pas seul », explique cet ancien infirmier en santé mentale du NHS à The Sun. « Avant d’avoir toutes ces filles, je me sentais très seul! »

Mais Dean Bevan ne traite pas ses poupées comme de simples sextoys. Il prend le soin de les habiller et de les coiffer. Il a même regardé des tutoriels sur YouTube pour apprendre à les maquiller !

Il fête leurs anniversaires, les emmène se promener, les présente à ses voisins, et les met en scène à la maison comme si elles faisaient réellement quelque chose d’humain (regarder la télé, lire un bouquin, feuilleter un magazine, etc.). Le retraité leur achète également des lingeries et des vêtements régulièrement. Et comme vous l’aurez deviné, les poupées dorment avec lui…

« Certaines personnes peuvent penser que je suis effrayant, mais je suis heureux et je ne fais de mal à personne », déclare Dean Bevan qui peut aussi compter sur le soutien de sa fille Rhiannon, âgée de 20 ans.

« Je ne vais pas prétendre que c’est normal. C’est bizarre. Mais quand je le vois, c’est si amusant et innocent », explique la jeune femme à The Sun. Elle aiderait même son paternel à maquiller ces demoiselles.

Notez que toutes ces poupées ont coûté au moins 1 627,04 euros à leur propriétaire. « Mon cerveau me dit que c’est stupide, car elles sont en plastique et en métal, mais elles sont devenues quelque chose d’autre et je me sens protecteur », explique Dean Bevan. « Je leur ai donné des noms et dans mon esprit, elles ont des personnalités, indiquées dans les vêtements que je leur mets » !


769 shares