A 87 ans, Lucette a encore accouché: «Tant que le physique le permet, je continue!»

2 min


288 shares

Pour mettre au monde leur bébé, les futures mamans ont trois options en Belgique : l’accouchement à domicile, les hôpitaux et les « maisons de naissance ». Pour rappel, cette troisième alternative est une intermédiaire entre les deux premières options. Ces dispensaires spécialisés dans les accouchements naturels attirent d’ailleurs de plus en plus de femmes désireuses d’accoucher dans la douceur.

Lucette Maton, 87 ans, a fondé un de ses établissements à La Louvière en Belgique. Et malgré son âge, elle continue d’exercer son métier de sage-femme !

« À la fin des années 1990, de plus en plus de femmes me demandaient de les accoucher à domicile », se souvient l’octogénaire qui a plus de 50 ans d’expérience et plus de 1500 accouchements à son actif. Aujourd’hui, elle continue encore son travail via la maison de naissance appelée « Clinisoins » qu’elle a ouverte dans une propriété familiale de La Louvière.

Là-bas, les bébés naissent « comme à la maison », mais l’établissement reste géré par des sages-femmes professionnelles et expérimentées. Les instruments et les appareils utilisés sont d’ailleurs très simples, comme un réanimateur qui semble vieux de plus de cinquante ans. « Je ne m’en sers jamais, mais au cas où… », confie-t-elle à 20 Minutes. De même, « le monitoring, c’est comme un lave-vaisselle, je l’utilise si j’en ai besoin, sinon, c’est mieux fait à la main », lance-t-elle en dénonçant l’abus de « la médicalisation de l’accouchement, au détriment du bien-être de la femme et de l’enfant » dans les hôpitaux. « Je ne déclenche jamais, et pas besoin de péridurale », souligne-t-elle.

Malgré tout, une clinique située à quelques minutes de l’établissement est prête à accueillir les parturientes en cas de complication


288 shares